L'éclectisme avant tout
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Rap Game        

Partagez | 
 

 La censure dans le rap

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Notorious F.I.Z
Newbie
Newbie


Messages : 37
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: La censure dans le rap   Ven 31 Juil - 19:36

Frank White a écrit:
Le problème ne fait que montrer la puissance grandissante des lobbys d'intérêt en France. Pas forcément une puissance financière comme aux USA mais une puissance liée soit à une forte présence médiatique soit à une capacité à se regrouper sous une bannière idéologique, et être capable de faire pencher une élection en leur faveur. Pour Orelsan, c'était Ni putes ni soumises qui a poussé les politiciens à réagir. Or que pèse cette association sur le plan médiatique, cette même association véhiculant le cliché minable que la violence envers les femmes est plus présente dans les quartiers (d'où l'intérêt de s'attaquer à un rappeur puisque dans leur tête "rap = banlieue", alors que justement Orelsan ne vient pas de banlieue)? Enormément. Je n'ai pas en tête une association qui a éclos et qui fut propulsée si rapidement sous les feux des projecteurs. Dans Itinéraire d'une polémique, Sniper expliquait qu'ils avaient fait l'objet d'une récupération politique de la part de groupuscules d'extrême droite. Pour La Rumeur, c'était parti d'un article dans un petit journal que personne ne lit. Rien ne laissait suggérer que la polémique enfle à ce point, au point de valoir à Hamé tous ces troubles judiciaires. Mais un syndicat de police d'extrême droite a dénoncé la chose, et comme Sarko tient, au moins dans l'optique du deuxième tour, faire le plein des votes auprès des policiers, il devait s'occuper de l'affaire en main propre. Tout part du suçage qui est dû à des groupes d'intérêt.

Le plus troublant est le débat qui a fait suite aux émeutes de 2005 où il s'agissait d'incriminer le rap de racisme anti-blanc et d'incitation à la haine de la France. Qu'un artiste conscient comme Fabe, qui à l'époque déjà se trouvait au Canada et avait arrêté le rap depuis des lustres, puisse être accusé d'intolérance ne peut qu'interpeller, d'autant que son nom fut mêlé à des personnes avec qui il était en guerre ouverte (Booba, Stomy) parce qu'il défendait une autre vision du rap. Fabe était mis en cause du fait de la phrase "la vie est une manif, la France une vitre et moi un pavé". Ca veut dire que pour des raisons politiques (la droite au pouvoir était accusé d'avoir mis de l'huile sur le feu après le décès de Zied et Bouna, alors il fallait pour le député Grosdidier, dont le racisme est un secret de polichinelle, trouver un autre détonateur dans le déclenchement des émeutes), on peut s'arrêter à une phrase imagée (une punchline bien trouvée d'ailleurs), à l'interpréter au premier degré et à salir un rappeur en le traînant en justice pour racisme.

Le plus rassurant est que depuis la grande bouffonnerie d'NTM, la justice a tendance à relaxer les rappeurs plutôt que de donner raison à ceux qui les accusent.

L'article d'Hamé s'était pas dans un journal, il se trouve dans le livret du deuxième opus de La Rumeur j'crois.
Et pour Fabe c'est la phrase "avant je les détestais maintenant je les aime tellement moins, c'est physique, biologique, au bleu blanc rouge j'suis allergique" en fait le député qui accusait Fabe de racisme considérer que le pronom "les" désignait les Français alors qu'en fait il désigne les fachos, vu qu'avant il y a "Si Le Pen courait aussi vite que j'l'emmerde il serait tellement loin"
Après peut être que ta phrase a fait polémique aussi j'sais pas.

Pour ce qui est d'Orelsan au début jle défendais, puis ya une meuf sur le forum de 2k qui avait dit un truc très pertinent : si Orelsan aurait fait une fiction dans laquelle il se fait agresser par un noir ou un arabe, et qu'il aurait fait une chanson "sale nègre" bah tout le monde aurait chié sur sa gueule, même si ça ne concerne qu'un mec et que c'est une fiction. Moi j'ai plus l'impression qu'on est macho sur les bords et qu'on met pas la mysoginie au même rang que d'autres formes de discrimination.
Revenir en haut Aller en bas
Dark-MC
Staff
Staff
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 10/06/2009

MessageSujet: Re: La censure dans le rap   Ven 31 Juil - 19:41

tonton Robert a écrit:
Dark-MC a écrit:
tonton Robert a écrit:
El Predator a écrit:
Kim Peek a écrit:
Ouai mais bon tu vois le morceau "Sale Pute" est jamais sorti dans un skeud (il me semble), ni jamais passé à la radio donc il n'était disponible qu'à ceux qui voulait écouter ... Je trouve que les féministes ont abusé et peu de rappeurs se sont mouillés pour le défendre.

En même temps Orelsan a pas été capable de se défendre correctement lui-même, il a été invité à 70 émissions et il a toujours fait sa baltringue au lieu d'assumer et de dire que le problème, c'est plutôt de porter plainte pour une chanson qui n'est une insulte que pour une seule femme et non pour toutes les femmes comme voulaient le faire entendre les médias.
Dark-MC t'as quand même oublié l'affaire la Rumeur, des procès qui se poursuivent depuis 7 ans où Hamé a toujours été relaxé mais où il y a un véritable acharnement de la part de Sarkozy. Les poursuites contre Sniper et Orelsan se sont vite arrêtées, mais quand ça concerne un truc véritablement dangereux pour le pouvoir en place (parce que "La France" c'est vraiment de la révoltounette de bas étage) ils lâchent rien.
Ha ça c'est le Predator que je connais,je suis bien obligé de co-signer ça...Orelsan ne sait pas se défendre et il ne le fait même pas,comme tu le dis au lieu de mettre les couilles sur la table,il va en 150 emissions pour dire qu'il s'excuse (tout en ne sachant pas pourquoi),ce mec n'assume rien et agi comme un gamin de 12 ans...On lui dit de dire "excuses toi" et il s'excuse sans savoir pourquoi...Et la France de Sniper c'était quand même très cru,Hamé est en effet emmerder de puis plus de 5 ans maintenant et la justice sarkozienne ne semble malheureusement pas vouloir le laisser tranquille...Bref je te paraphrase un peu mais comme je pense comme toi sur le sujet...

Je veux bien te croire pour la majorité des émissions où orelsan est allé, mais pour ce qui est de son appartition au grand journal je trouve qu'il s'était pas mal défendu, en tout cas il ne s'était pas laissé faire par cette grognasse d'arianne massenet. Il lui a lancé quelques répliques cinglantes et moqueuses sur ses remarques complèments à coté de la plaque, et il avait bien développé l'argument du second degré et de l'oeuvre de fiction au même titre qu'un orange mécanique. La seule chose qu'on aurait peut-être pu lui reprocher dans cette emission c'est son manque d'agressivité et d'indignation dans ses réponses, mais sinon sa défense était plus qu'acceptable.
Ah bon c'était la meilleure défense d'Orelsan au Grand Journal?Merci de me l'apprendre car moi ce que j'ai vu c'est un gamin de 15 ans qui se faisait taper sur les doigts par papa Denisot...Et pour Massenet c'est tellement facile de la calmer et pourtant j'ai trouvé qu'Orelsan a été incapable de le faire...

Bah comme je l'ai dit au niveau charisme je suis d'accord avec toi, il était trop en mode "petit écolier apeuré par le proviseur", un peu plus de colère et de présence dans ses propos aurait été la bienvenue. Mais pour ce qui est de l'argumentation je ne l'ai trouvé si mauvais que ça, il s'est bien défendu lyricalement parlant, et si denisot insiste sans cesse ce n'est pas de sa faute.

Ensuite je ne dis pas que c'est sa meilleure prestation, je te répondais juste en disant que je n'avais pas trouvé sa défense au grand journal catastrophique, loin de là, même si dans son attitude il aurait pu faire mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Dark-MC
Staff
Staff
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 10/06/2009

MessageSujet: Re: La censure dans le rap   Ven 31 Juil - 19:55

Notorious F.I.Z a écrit:
Frank White a écrit:
Le problème ne fait que montrer la puissance grandissante des lobbys d'intérêt en France. Pas forcément une puissance financière comme aux USA mais une puissance liée soit à une forte présence médiatique soit à une capacité à se regrouper sous une bannière idéologique, et être capable de faire pencher une élection en leur faveur. Pour Orelsan, c'était Ni putes ni soumises qui a poussé les politiciens à réagir. Or que pèse cette association sur le plan médiatique, cette même association véhiculant le cliché minable que la violence envers les femmes est plus présente dans les quartiers (d'où l'intérêt de s'attaquer à un rappeur puisque dans leur tête "rap = banlieue", alors que justement Orelsan ne vient pas de banlieue)? Enormément. Je n'ai pas en tête une association qui a éclos et qui fut propulsée si rapidement sous les feux des projecteurs. Dans Itinéraire d'une polémique, Sniper expliquait qu'ils avaient fait l'objet d'une récupération politique de la part de groupuscules d'extrême droite. Pour La Rumeur, c'était parti d'un article dans un petit journal que personne ne lit. Rien ne laissait suggérer que la polémique enfle à ce point, au point de valoir à Hamé tous ces troubles judiciaires. Mais un syndicat de police d'extrême droite a dénoncé la chose, et comme Sarko tient, au moins dans l'optique du deuxième tour, faire le plein des votes auprès des policiers, il devait s'occuper de l'affaire en main propre. Tout part du suçage qui est dû à des groupes d'intérêt.

Le plus troublant est le débat qui a fait suite aux émeutes de 2005 où il s'agissait d'incriminer le rap de racisme anti-blanc et d'incitation à la haine de la France. Qu'un artiste conscient comme Fabe, qui à l'époque déjà se trouvait au Canada et avait arrêté le rap depuis des lustres, puisse être accusé d'intolérance ne peut qu'interpeller, d'autant que son nom fut mêlé à des personnes avec qui il était en guerre ouverte (Booba, Stomy) parce qu'il défendait une autre vision du rap. Fabe était mis en cause du fait de la phrase "la vie est une manif, la France une vitre et moi un pavé". Ca veut dire que pour des raisons politiques (la droite au pouvoir était accusé d'avoir mis de l'huile sur le feu après le décès de Zied et Bouna, alors il fallait pour le député Grosdidier, dont le racisme est un secret de polichinelle, trouver un autre détonateur dans le déclenchement des émeutes), on peut s'arrêter à une phrase imagée (une punchline bien trouvée d'ailleurs), à l'interpréter au premier degré et à salir un rappeur en le traînant en justice pour racisme.

Le plus rassurant est que depuis la grande bouffonnerie d'NTM, la justice a tendance à relaxer les rappeurs plutôt que de donner raison à ceux qui les accusent.

L'article d'Hamé s'était pas dans un journal, il se trouve dans le livret du deuxième opus de La Rumeur j'crois.
Et pour Fabe c'est la phrase "avant je les détestais maintenant je les aime tellement moins, c'est physique, biologique, au bleu blanc rouge j'suis allergique" en fait le député qui accusait Fabe de racisme considérer que le pronom "les" désignait les Français alors qu'en fait il désigne les fachos, vu qu'avant il y a "Si Le Pen courait aussi vite que j'l'emmerde il serait tellement loin"
Après peut être que ta phrase a fait polémique aussi j'sais pas.

Pour ce qui est d'Orelsan au début jle défendais, puis ya une meuf sur le forum de 2k qui avait dit un truc très pertinent : si Orelsan aurait fait une fiction dans laquelle il se fait agresser par un noir ou un arabe, et qu'il aurait fait une chanson "sale nègre" bah tout le monde aurait chié sur sa gueule, même si ça ne concerne qu'un mec et que c'est une fiction. Moi j'ai plus l'impression qu'on est macho sur les bords et qu'on met pas la mysoginie au même rang que d'autres formes de discrimination.

"Petit nègre" d'AlPeco est une des chansons préférée (en tout cas par chez moi) de son album "colonizason", alors tant qu'on comprend l'ironie moi je ne vois pas le problème. Le problème que tu soulèves dans ta remarque c'est que seuls les arabes peuvent se moquer des arabes, seuls les noirs peuvent se moquer des noirs, seuls les meufs peuvent se moquer des meufs. Moi je ne suis pas d'accord avec ça, du moment que ça reste bon enfant je pense que chacun peut se moquer de chacun (d'ailleurs respect au jamel comedy club qui n'hésite pas à se moquer des couleurs des religions et des sexes sans tabous).

Et pour sa défense, on n'en a pas fait tout un patacés (et tant mieux!) quand koxie a sorti "garcon".
Revenir en haut Aller en bas
Notorious F.I.Z
Newbie
Newbie


Messages : 37
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: La censure dans le rap   Ven 31 Juil - 20:02

Dark-MC a écrit:
Notorious F.I.Z a écrit:
Frank White a écrit:
Le problème ne fait que montrer la puissance grandissante des lobbys d'intérêt en France. Pas forcément une puissance financière comme aux USA mais une puissance liée soit à une forte présence médiatique soit à une capacité à se regrouper sous une bannière idéologique, et être capable de faire pencher une élection en leur faveur. Pour Orelsan, c'était Ni putes ni soumises qui a poussé les politiciens à réagir. Or que pèse cette association sur le plan médiatique, cette même association véhiculant le cliché minable que la violence envers les femmes est plus présente dans les quartiers (d'où l'intérêt de s'attaquer à un rappeur puisque dans leur tête "rap = banlieue", alors que justement Orelsan ne vient pas de banlieue)? Enormément. Je n'ai pas en tête une association qui a éclos et qui fut propulsée si rapidement sous les feux des projecteurs. Dans Itinéraire d'une polémique, Sniper expliquait qu'ils avaient fait l'objet d'une récupération politique de la part de groupuscules d'extrême droite. Pour La Rumeur, c'était parti d'un article dans un petit journal que personne ne lit. Rien ne laissait suggérer que la polémique enfle à ce point, au point de valoir à Hamé tous ces troubles judiciaires. Mais un syndicat de police d'extrême droite a dénoncé la chose, et comme Sarko tient, au moins dans l'optique du deuxième tour, faire le plein des votes auprès des policiers, il devait s'occuper de l'affaire en main propre. Tout part du suçage qui est dû à des groupes d'intérêt.

Le plus troublant est le débat qui a fait suite aux émeutes de 2005 où il s'agissait d'incriminer le rap de racisme anti-blanc et d'incitation à la haine de la France. Qu'un artiste conscient comme Fabe, qui à l'époque déjà se trouvait au Canada et avait arrêté le rap depuis des lustres, puisse être accusé d'intolérance ne peut qu'interpeller, d'autant que son nom fut mêlé à des personnes avec qui il était en guerre ouverte (Booba, Stomy) parce qu'il défendait une autre vision du rap. Fabe était mis en cause du fait de la phrase "la vie est une manif, la France une vitre et moi un pavé". Ca veut dire que pour des raisons politiques (la droite au pouvoir était accusé d'avoir mis de l'huile sur le feu après le décès de Zied et Bouna, alors il fallait pour le député Grosdidier, dont le racisme est un secret de polichinelle, trouver un autre détonateur dans le déclenchement des émeutes), on peut s'arrêter à une phrase imagée (une punchline bien trouvée d'ailleurs), à l'interpréter au premier degré et à salir un rappeur en le traînant en justice pour racisme.

Le plus rassurant est que depuis la grande bouffonnerie d'NTM, la justice a tendance à relaxer les rappeurs plutôt que de donner raison à ceux qui les accusent.

L'article d'Hamé s'était pas dans un journal, il se trouve dans le livret du deuxième opus de La Rumeur j'crois.
Et pour Fabe c'est la phrase "avant je les détestais maintenant je les aime tellement moins, c'est physique, biologique, au bleu blanc rouge j'suis allergique" en fait le député qui accusait Fabe de racisme considérer que le pronom "les" désignait les Français alors qu'en fait il désigne les fachos, vu qu'avant il y a "Si Le Pen courait aussi vite que j'l'emmerde il serait tellement loin"
Après peut être que ta phrase a fait polémique aussi j'sais pas.

Pour ce qui est d'Orelsan au début jle défendais, puis ya une meuf sur le forum de 2k qui avait dit un truc très pertinent : si Orelsan aurait fait une fiction dans laquelle il se fait agresser par un noir ou un arabe, et qu'il aurait fait une chanson "sale nègre" bah tout le monde aurait chié sur sa gueule, même si ça ne concerne qu'un mec et que c'est une fiction. Moi j'ai plus l'impression qu'on est macho sur les bords et qu'on met pas la mysoginie au même rang que d'autres formes de discrimination.

"Petit nègre" d'AlPeco est une des chansons préférée (en tout cas par chez moi) de son album "colonizason", alors tant qu'on comprend l'ironie moi je ne vois pas le problème. Le problème que tu soulèves dans ta remarque c'est que seuls les arabes peuvent se moquer des arabes, seuls les noirs peuvent se moquer des noirs, seuls les meufs peuvent se moquer des meufs. Moi je ne suis pas d'accord avec ça, du moment que ça reste bon enfant je pense que chacun peut se moquer de chacun (d'ailleurs respect au jamel comedy club qui n'hésite pas à se moquer des couleurs des religions et des sexes sans tabous).

Et pour sa défense, on n'en a pas fait tout un patacés (et tant mieux!) quand koxie a sorti "garcon".

Nan mais arrête, compare pas Petit Nègre à sale Pute ya aucun rapport. Le premier est ironique, engagé, le second est volontairement insultant pour faire marrer, mais c'est pas de l'ironie et encore moins une chanson engagé. Tu t'imagines une chanson sur les Noirs en les insultant tout le long? Et même si ça venait d'un Noir ça n'excuserait rien, ça n'elèverait rien aux propos.
Le problème d'Orelsan c'est qu'il a confondu le public, les gens, et ses potes. Quand t'es entre pote tu peux balancer des vannes comme ça, parce qu'ils te connaissent ya pas de soucis, mais quand t'es écouté par des milliers de gens c'est autre chose, on peut pas tout se permettre dans une chanson. Ce qui est désolant dans l'affaire Orelsan c'est surtout la récupération politique et la stigmatisation du rap qui s'en est suivi, mais le texte est pourrit et insultant (même s'il m'a bien fait marrer lol).
Revenir en haut Aller en bas
amarü
Hustler
Hustler


Messages : 66
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 99
Localisation : idf

MessageSujet: Re: La censure dans le rap   Ven 31 Juil - 20:08

En tant que meuf le son d 'orelsan que j ai pris la peine d 'ecouter ne m 'a absolument pas choquée les meufs a qui j ai fait ecouter par contre " HORREUR et STUPEFACTION " lol
et c'est vrai j ai pas compris l 'acharnement qu ont pris les politiques a le baillonner .
il dit que c 'est une fiction juste pour se defendre ( defense nulle c'est clair )
je pense que c 'est du vecu ce son il pese bien ses mots mais il le dira jamais qu il a pensé ces mots a un moment sinon il va se faire cramer
Revenir en haut Aller en bas
Dark-MC
Staff
Staff
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 10/06/2009

MessageSujet: Re: La censure dans le rap   Ven 31 Juil - 20:19

Notorious F.I.Z a écrit:
Dark-MC a écrit:
Notorious F.I.Z a écrit:
Frank White a écrit:
Le problème ne fait que montrer la puissance grandissante des lobbys d'intérêt en France. Pas forcément une puissance financière comme aux USA mais une puissance liée soit à une forte présence médiatique soit à une capacité à se regrouper sous une bannière idéologique, et être capable de faire pencher une élection en leur faveur. Pour Orelsan, c'était Ni putes ni soumises qui a poussé les politiciens à réagir. Or que pèse cette association sur le plan médiatique, cette même association véhiculant le cliché minable que la violence envers les femmes est plus présente dans les quartiers (d'où l'intérêt de s'attaquer à un rappeur puisque dans leur tête "rap = banlieue", alors que justement Orelsan ne vient pas de banlieue)? Enormément. Je n'ai pas en tête une association qui a éclos et qui fut propulsée si rapidement sous les feux des projecteurs. Dans Itinéraire d'une polémique, Sniper expliquait qu'ils avaient fait l'objet d'une récupération politique de la part de groupuscules d'extrême droite. Pour La Rumeur, c'était parti d'un article dans un petit journal que personne ne lit. Rien ne laissait suggérer que la polémique enfle à ce point, au point de valoir à Hamé tous ces troubles judiciaires. Mais un syndicat de police d'extrême droite a dénoncé la chose, et comme Sarko tient, au moins dans l'optique du deuxième tour, faire le plein des votes auprès des policiers, il devait s'occuper de l'affaire en main propre. Tout part du suçage qui est dû à des groupes d'intérêt.

Le plus troublant est le débat qui a fait suite aux émeutes de 2005 où il s'agissait d'incriminer le rap de racisme anti-blanc et d'incitation à la haine de la France. Qu'un artiste conscient comme Fabe, qui à l'époque déjà se trouvait au Canada et avait arrêté le rap depuis des lustres, puisse être accusé d'intolérance ne peut qu'interpeller, d'autant que son nom fut mêlé à des personnes avec qui il était en guerre ouverte (Booba, Stomy) parce qu'il défendait une autre vision du rap. Fabe était mis en cause du fait de la phrase "la vie est une manif, la France une vitre et moi un pavé". Ca veut dire que pour des raisons politiques (la droite au pouvoir était accusé d'avoir mis de l'huile sur le feu après le décès de Zied et Bouna, alors il fallait pour le député Grosdidier, dont le racisme est un secret de polichinelle, trouver un autre détonateur dans le déclenchement des émeutes), on peut s'arrêter à une phrase imagée (une punchline bien trouvée d'ailleurs), à l'interpréter au premier degré et à salir un rappeur en le traînant en justice pour racisme.

Le plus rassurant est que depuis la grande bouffonnerie d'NTM, la justice a tendance à relaxer les rappeurs plutôt que de donner raison à ceux qui les accusent.

L'article d'Hamé s'était pas dans un journal, il se trouve dans le livret du deuxième opus de La Rumeur j'crois.
Et pour Fabe c'est la phrase "avant je les détestais maintenant je les aime tellement moins, c'est physique, biologique, au bleu blanc rouge j'suis allergique" en fait le député qui accusait Fabe de racisme considérer que le pronom "les" désignait les Français alors qu'en fait il désigne les fachos, vu qu'avant il y a "Si Le Pen courait aussi vite que j'l'emmerde il serait tellement loin"
Après peut être que ta phrase a fait polémique aussi j'sais pas.

Pour ce qui est d'Orelsan au début jle défendais, puis ya une meuf sur le forum de 2k qui avait dit un truc très pertinent : si Orelsan aurait fait une fiction dans laquelle il se fait agresser par un noir ou un arabe, et qu'il aurait fait une chanson "sale nègre" bah tout le monde aurait chié sur sa gueule, même si ça ne concerne qu'un mec et que c'est une fiction. Moi j'ai plus l'impression qu'on est macho sur les bords et qu'on met pas la mysoginie au même rang que d'autres formes de discrimination.

"Petit nègre" d'AlPeco est une des chansons préférée (en tout cas par chez moi) de son album "colonizason", alors tant qu'on comprend l'ironie moi je ne vois pas le problème. Le problème que tu soulèves dans ta remarque c'est que seuls les arabes peuvent se moquer des arabes, seuls les noirs peuvent se moquer des noirs, seuls les meufs peuvent se moquer des meufs. Moi je ne suis pas d'accord avec ça, du moment que ça reste bon enfant je pense que chacun peut se moquer de chacun (d'ailleurs respect au jamel comedy club qui n'hésite pas à se moquer des couleurs des religions et des sexes sans tabous).

Et pour sa défense, on n'en a pas fait tout un patacés (et tant mieux!) quand koxie a sorti "garcon".

Nan mais arrête, compare pas Petit Nègre à sale Pute ya aucun rapport. Le premier est ironique, engagé, le second est volontairement insultant pour faire marrer, mais c'est pas de l'ironie et encore moins une chanson engagé. Tu t'imagines une chanson sur les Noirs en les insultant tout le long? Et même si ça venait d'un Noir ça n'excuserait rien, ça n'elèverait rien aux propos.
Le problème d'Orelsan c'est qu'il a confondu le public, les gens, et ses potes. Quand t'es entre pote tu peux balancer des vannes comme ça, parce qu'ils te connaissent ya pas de soucis, mais quand t'es écouté par des milliers de gens c'est autre chose, on peut pas tout se permettre dans une chanson. Ce qui est désolant dans l'affaire Orelsan c'est surtout la récupération politique et la stigmatisation du rap qui s'en est suivi, mais le texte est pourrit et insultant (même s'il m'a bien fait marrer lol).

C'est vrai qu'il y'a un coté ironique dans "petit nègre" qu'il n'ya pas dans sale pute, mais dire que cette dernière est sans message est faux, elle montre jusqu'où peut aller la détresse d'un homme face aux coups de couteaux de sa copine dans le dos. Ensuite on critique orelsan mais je suis prêt à parier que la chanson de PZK passera entre les gouttes, en tout cas elle a pour le moment un succès fou et n'est pourtant pas très "respectueuse" des filles, moi ça me fait même penser à du orelsan version un peu plus gamin (sisi c'est possible).

En tout cas pour moi ça reste une oeuvre de fiction visant à pointer le doigt sur le mal que peuvent causer certains actes, avec des propos choquant pour atirer l'attention (et aussi pour le trip personnel) et hyperboliser la scène. N'oublions pas qu'un clip reste une oeuvre de fiction au même titre qu'un film, et qu'on ne censure pas ces derniers pour autant. Quand un film fiction de guerre sort on ne dit pas "ha ils incitent à la haine contre les américains! ils les montrent en train de se faire déchiqueter et tout, c'est un appel au meurtre!"
Revenir en haut Aller en bas
Notorious F.I.Z
Newbie
Newbie


Messages : 37
Date d'inscription : 26/07/2009

MessageSujet: Re: La censure dans le rap   Ven 31 Juil - 20:42

Dark-MC a écrit:
Notorious F.I.Z a écrit:
Dark-MC a écrit:
Notorious F.I.Z a écrit:
Frank White a écrit:
Le problème ne fait que montrer la puissance grandissante des lobbys d'intérêt en France. Pas forcément une puissance financière comme aux USA mais une puissance liée soit à une forte présence médiatique soit à une capacité à se regrouper sous une bannière idéologique, et être capable de faire pencher une élection en leur faveur. Pour Orelsan, c'était Ni putes ni soumises qui a poussé les politiciens à réagir. Or que pèse cette association sur le plan médiatique, cette même association véhiculant le cliché minable que la violence envers les femmes est plus présente dans les quartiers (d'où l'intérêt de s'attaquer à un rappeur puisque dans leur tête "rap = banlieue", alors que justement Orelsan ne vient pas de banlieue)? Enormément. Je n'ai pas en tête une association qui a éclos et qui fut propulsée si rapidement sous les feux des projecteurs. Dans Itinéraire d'une polémique, Sniper expliquait qu'ils avaient fait l'objet d'une récupération politique de la part de groupuscules d'extrême droite. Pour La Rumeur, c'était parti d'un article dans un petit journal que personne ne lit. Rien ne laissait suggérer que la polémique enfle à ce point, au point de valoir à Hamé tous ces troubles judiciaires. Mais un syndicat de police d'extrême droite a dénoncé la chose, et comme Sarko tient, au moins dans l'optique du deuxième tour, faire le plein des votes auprès des policiers, il devait s'occuper de l'affaire en main propre. Tout part du suçage qui est dû à des groupes d'intérêt.

Le plus troublant est le débat qui a fait suite aux émeutes de 2005 où il s'agissait d'incriminer le rap de racisme anti-blanc et d'incitation à la haine de la France. Qu'un artiste conscient comme Fabe, qui à l'époque déjà se trouvait au Canada et avait arrêté le rap depuis des lustres, puisse être accusé d'intolérance ne peut qu'interpeller, d'autant que son nom fut mêlé à des personnes avec qui il était en guerre ouverte (Booba, Stomy) parce qu'il défendait une autre vision du rap. Fabe était mis en cause du fait de la phrase "la vie est une manif, la France une vitre et moi un pavé". Ca veut dire que pour des raisons politiques (la droite au pouvoir était accusé d'avoir mis de l'huile sur le feu après le décès de Zied et Bouna, alors il fallait pour le député Grosdidier, dont le racisme est un secret de polichinelle, trouver un autre détonateur dans le déclenchement des émeutes), on peut s'arrêter à une phrase imagée (une punchline bien trouvée d'ailleurs), à l'interpréter au premier degré et à salir un rappeur en le traînant en justice pour racisme.

Le plus rassurant est que depuis la grande bouffonnerie d'NTM, la justice a tendance à relaxer les rappeurs plutôt que de donner raison à ceux qui les accusent.

L'article d'Hamé s'était pas dans un journal, il se trouve dans le livret du deuxième opus de La Rumeur j'crois.
Et pour Fabe c'est la phrase "avant je les détestais maintenant je les aime tellement moins, c'est physique, biologique, au bleu blanc rouge j'suis allergique" en fait le député qui accusait Fabe de racisme considérer que le pronom "les" désignait les Français alors qu'en fait il désigne les fachos, vu qu'avant il y a "Si Le Pen courait aussi vite que j'l'emmerde il serait tellement loin"
Après peut être que ta phrase a fait polémique aussi j'sais pas.

Pour ce qui est d'Orelsan au début jle défendais, puis ya une meuf sur le forum de 2k qui avait dit un truc très pertinent : si Orelsan aurait fait une fiction dans laquelle il se fait agresser par un noir ou un arabe, et qu'il aurait fait une chanson "sale nègre" bah tout le monde aurait chié sur sa gueule, même si ça ne concerne qu'un mec et que c'est une fiction. Moi j'ai plus l'impression qu'on est macho sur les bords et qu'on met pas la mysoginie au même rang que d'autres formes de discrimination.

"Petit nègre" d'AlPeco est une des chansons préférée (en tout cas par chez moi) de son album "colonizason", alors tant qu'on comprend l'ironie moi je ne vois pas le problème. Le problème que tu soulèves dans ta remarque c'est que seuls les arabes peuvent se moquer des arabes, seuls les noirs peuvent se moquer des noirs, seuls les meufs peuvent se moquer des meufs. Moi je ne suis pas d'accord avec ça, du moment que ça reste bon enfant je pense que chacun peut se moquer de chacun (d'ailleurs respect au jamel comedy club qui n'hésite pas à se moquer des couleurs des religions et des sexes sans tabous).

Et pour sa défense, on n'en a pas fait tout un patacés (et tant mieux!) quand koxie a sorti "garcon".

Nan mais arrête, compare pas Petit Nègre à sale Pute ya aucun rapport. Le premier est ironique, engagé, le second est volontairement insultant pour faire marrer, mais c'est pas de l'ironie et encore moins une chanson engagé. Tu t'imagines une chanson sur les Noirs en les insultant tout le long? Et même si ça venait d'un Noir ça n'excuserait rien, ça n'elèverait rien aux propos.
Le problème d'Orelsan c'est qu'il a confondu le public, les gens, et ses potes. Quand t'es entre pote tu peux balancer des vannes comme ça, parce qu'ils te connaissent ya pas de soucis, mais quand t'es écouté par des milliers de gens c'est autre chose, on peut pas tout se permettre dans une chanson. Ce qui est désolant dans l'affaire Orelsan c'est surtout la récupération politique et la stigmatisation du rap qui s'en est suivi, mais le texte est pourrit et insultant (même s'il m'a bien fait marrer lol).

C'est vrai qu'il y'a un coté ironique dans "petit nègre" qu'il n'ya pas dans sale pute, mais dire que cette dernière est sans message est faux, elle montre jusqu'où peut aller la détresse d'un homme face aux coups de couteaux de sa copine dans le dos. Ensuite on critique orelsan mais je suis prêt à parier que la chanson de PZK passera entre les gouttes, en tout cas elle a pour le moment un succès fou et n'est pourtant pas très "respectueuse" des filles, moi ça me fait même penser à du orelsan version un peu plus gamin (sisi c'est possible).

En tout cas pour moi ça reste une oeuvre de fiction visant à pointer le doigt sur le mal que peuvent causer certains actes, avec des propos choquant pour atirer l'attention (et aussi pour le trip personnel) et hyperboliser la scène. N'oublions pas qu'un clip reste une oeuvre de fiction au même titre qu'un film, et qu'on ne censure pas ces derniers pour autant. Quand un film fiction de guerre sort on ne dit pas "ha ils incitent à la haine contre les américains! ils les montrent en train de se faire déchiqueter et tout, c'est un appel au meurtre!"

J'vois ce que tu veux dire, mais hônnetement donner un sens "engagé" à Sale Pute je crois que c'est très exagéré. j'pense que le but premier d'Orelsan c'était de balancer des punchlines sur les meufs pour délirer, je doute qu'il s'est dit en écrivant "j'vais faire un texte pour dénoncer" enfin bon, moi j'dis juste que j'peux comprendre qu'on puisse trouver choquant les propos d'Orelsan, après perso moi j'm'en bas les couilles j'suis toujours al pour les blagues mysogines
Revenir en haut Aller en bas
El Predator
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 448
Date d'inscription : 13/06/2009
Age : 27
Localisation : Là où on dirait "ouais gros" à un anorexique

MessageSujet: Re: La censure dans le rap   Sam 1 Aoû - 2:07

Notorious F.I.Z a écrit:
L'article d'Hamé s'était pas dans un journal, il se trouve dans le livret du deuxième opus de La Rumeur j'crois.
Et pour Fabe c'est la phrase "avant je les détestais maintenant je les aime tellement moins, c'est physique, biologique, au bleu blanc rouge j'suis allergique" en fait le député qui accusait Fabe de racisme considérer que le pronom "les" désignait les Français alors qu'en fait il désigne les fachos, vu qu'avant il y a "Si Le Pen courait aussi vite que j'l'emmerde il serait tellement loin"
Après peut être que ta phrase a fait polémique aussi j'sais pas.

Pour ce qui est d'Orelsan au début jle défendais, puis ya une meuf sur le forum de 2k qui avait dit un truc très pertinent : si Orelsan aurait fait une fiction dans laquelle il se fait agresser par un noir ou un arabe, et qu'il aurait fait une chanson "sale nègre" bah tout le monde aurait chié sur sa gueule, même si ça ne concerne qu'un mec et que c'est une fiction. Moi j'ai plus l'impression qu'on est macho sur les bords et qu'on met pas la mysoginie au même rang que d'autres formes de discrimination.

En fait l'article d'Hamé (Insécurité sous la plume d'un barbare) c'était dans un fanzine gratuit publié en même temps que L'ombre sur la mesure.

La comparaison entre la chanson Sale pute et une chanson Sale nègre est pas faisable. Orelsan traite la meuf de pute car elle a fait la pute, c'est le "qualificatif" de ce qu'elle a fait. Un mec qui se fait agresser par un noir devrait appeler sa chanson Sale agresseur, pas Sale noir. Dans sa chanson y'a aucune généralisation mysogine ou quoi, c'est juste par rapport à une meuf en particulier, la comparaison avec une chanson raciste est impossible.
Pourtant j'aime pas Orelsan mais toute cette polémique c'est un putain de spectacle de guignol.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La censure dans le rap   

Revenir en haut Aller en bas
 
La censure dans le rap
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Dans ton cul ou dans mon cul ?
» Dans les steppes de l'Asie centrale ( Borodine )
» _Ne pas se faire prendre l'appareil photo à l'entrée ou dans la salle.
» Jouer seule dans un bar : comment m'amplifier
» Camera dans l'usine !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rap Game  :: La buvette :: Débats-
Sauter vers: